Près de 70 km de trajet le long de la Mer Morte vous amènent au débouché d’une vallée profonde, d'abord peu visible - le Wadi Karak. On quitte la Mer Morte à hauteur de Ghôr Mazra pour remonter d’emblée droit vers les montagnes. La route bute alors contre de grandes plaques calcaires monolithiques, entaillées par un vallon mouillé, le Wadi Weidah. L’endroit est prisé des locaux, et surtout des bédouins qui trouvent là de quoi abreuver leurs chèvres. Quelques vasques, dont certaines vaguement aménagées, offrent un agréable rinçage à l’eau douce après la baignade trop salée en Mer Morte ! Les grimpeurs eux, seront franchement attirés par ces formidables dalles qui fourmillent à présent d’itinéraires variés, de difficultés plutôt modérées. En savoir plus sur l'escalade locale. Des vestiges aux sommets de ces échines arides attestent de la présence d’anciennes fortifications d’où l’observation vers le bassin de la Mer Morte devait être particulièrement aisée.  Sans doute font-elles partie du grand ensemble de l’antique cité de Bab ed-Dra dont on découvre aisément quelques cimetières en quittant le carrefour de Ghôr Mazra. Un ou deux circuits pédestres valent le coup, pour peu que l’on ne soit pas rebuter par des pentes raides et pierreuses au-dessus du cours d’eau. Et savoir où l’on va est indispensable… KERAK ET LES VILLAGES DE MOAB Revenons à cette route qui longe le Wadi Karak avec ses nombreux villages et jardins, surtout en rive droite (rive opposée à la route). Ils ne sont accessibles en voiture que du pied de la ville de Karak, par un unique pont. On y trouve notamment un vrai joyau d’habitats traditionnels, compactés en un mini-village dominant une foison de jardins sur les pentes du wadi. Ce Wadi Karak en aval des cultures offre un trek aquatique remarquable qui nécessite quelques rappels et une marche en terrain scabreux pour la journée. Il fait partie de notre programme MONTAGNES & CANYONS TROPICAUX DE JORDANIE. A près de 900 m d’altitude, soit à plus de 1300 m au-dessus de la Mer Morte, on arrive dans la ville de Karak avec son château. Peu séduisante au premier abord, elle mérite néanmoins une vraie visite pour s’immerger dans la population, si représentative de la Jordanie profonde actuelle. Musulmans et chrétiens y vivent unis depuis des siècles, sous la houlette incontestée des cheikhs de la tribu des Al Majali. C’est ici aussi qu’on retrouve l’origine de la plupart des grandes familles chrétiennes du pays, jadis issues de la tribu des Azeizat, bénéficiaires d’un décret spéciale du Prophète Mahomet lui-même… Ces clans de paysans semi-nomades eurent de tous temps des relations tumultueuses avec les Beni Sakhr, puissante tribu bédouine de la région désertique à l’est, dont l’histoire durant les deux siècles passés révèle des faits étonnants ! On en profitera pour faire ici les emplettes de nourriture pour le trek éventuel du lendemain. Un ou deux ateliers de tissage artisanal offrent de bonnes opportunités d’achats de tapis à la source, en plein souk, ce qui est une denrée rare en Jordanie aujourd’hui ! Et franchement, sans être un amoureux des vieilles pierres, la visite du château et de son musée paie le coup. L’occupation des lieus du pays suit inlassablement la chronologie des dynasties, pouvoirs et royaumes de la région, qui s’égrènent ainsi: période perse (539-332 av. JC), hellénistique (332 av. JC à 63), nabatéenne, romaine, byzantine (324-636), rashidine, puis omeyyade (661-750), abbasside (750-969), fatimide, francs (croisés), ayyoubide, mamelouk (1250-1516), ottomane (1516-1918), britannique, et hachémite à nos jours. A côté de l’immense complexe universitaire de Mutah, ce sont l’agriculture et l’élevage qui constituent encore l’activité principale et visible. Si les plateaux aux alentours immédiats de la ville n’ont rien de séduisant, il n’en est pas de même des villages en corniche côté Mer Morte. Carrément ignorés du tourisme, à l’exception de celles furtivement croisées sur le trajet des sources chaudes du Wadi Bin Hammad, ces localités recèlent de nombreux joyaux archéologiques, aux côtés de paysages inévitablement dominés par la vision de la Mer Morte, là-bas tout en bas… Un couché de soleil ici n’a vraiment rien d’anodin. Votre serviteur y a aussi décelé quelques sympathiques falaises calcaires à même de réjouir les grimpeurs chevronnés, comme Ay-Kathraba, The Rubik’s Cube, Iraq al Kerak, The Factory Towers. En savoir plus. C’est ici aussi que démarre certains des plus merveilleux canyons de Jordanie tels le Wadi Assal ou le Wadi Hasa, véritable « Grand Canyon » avec barrage, qui en se rétrécissant, ne permettra au final que le passage d’une seule personne à la fois. Entre temps il aura été alimenté par les eaux chaudes du Hammamat Afra, une autre possibilité de trek aquatique de la demi-journée. Outre pour nos programmes L’AUTHENTIQUE JORDANIE et MONTAGNES & CANYONS TROPICAUX DE JORDANIE, le Wadi Hasa est emprunté aussi, mais très différemment bien sûr, par les vaillants vttistes de notre voyage SUR LA PISTE DES CROISES. LE WADI HASA  - CANYON LE PLUS LONG… ET LE PLUS FACILE ! Petra, récemment désignée comme « merveille du monde », se place indéniablement en tête du spectacle archéologique, mêlant génie humain et environnement naturel. Les montagnes de Wadi Rum, elles, font partie des plus belles montagnes du monde, cela va sans dire ! Mais dans les incontournables du pays, le Wadi Hasa tient vraiment une place particulière, juste derrière nos célèbres merveilles. On en entend peu parlé. Hormis chez ceux qui habitent la région pour les premiers mètres à proximité des sources de Afra, ou pour le déversoir en ville de Safi, où les pique-niqueurs du vendredi aiment à se baigner en abandonnant papiers gras et autres déjections… C’est récemment seulement que cette randonnée a passionné les amoureux de nature, les Outdoor People de Amman notamment. Pourquoi si tardivement ? Eh bien tout simplement parce que seules la marche et l’effort en permettent l’accès, loin des tumultes du tourisme motorisé. Ceci dit, à défaut de figurer au catalogue des voyagistes européens, les israéliens, eux, en ont très vite fait leur destination préférée au chapitre nature, cocktail parfait de wilderness et de mémoire religieuse - mention dans la Torah oblige ! Pas étonnant. N’est-ce pas Itav Haviv qui en a révélé l’existence avec son excellent topo sur les canyons de Jordanie ? Qu’il soit ici encore une fois vivement remercié. Sincèrement, nous tremblons à l’idée que le fragile écosystème de cette splendeur aquatique puisse s’altérer au contact des nombreux visiteurs à venir… Durant l’Antiquité ce cours d’eau marquait la frontière entre les royaumes de Edom (au sud) et de Moab (au nord). C’était bien sûr un apport d’eau des plus vitales ! En gros, tout est aride et désertique autour de vous, avec pour seule verdure les jardins des villageois et les rares arbres en ville… Et là, descendant une piste raide et caillouteuse, on débouche comme à l’improviste sur… une rivière complètement tropicale, discrète d’abord, puissante ensuite, où sources chaudes et froides alternent, permettant l’éclosion quasi luxuriante de la végétation !  Un enchantement qu’il faut assumer sur près de 12 à 15 heures de marche, avec de l’eau à maximum mi-cuisse, à diviser en deux jours. Avec un parfait bivouac sous les étoiles au milieu. On sort du canyon sinueux dans les grès rouges des abords de la ville de Safi, non loin du lieu vraisemblable des antiques cités de Sodome et de Gomorrhe, à - 340 m. C’est à Safi aussi qu’on visitera la grotte de Loth (Loth’s Cave), avec au préalable un petit tour dans la ville où la gentillesse des habitants est de réputation. CÔTE ET PLAINE DE LA MER MORTE Elle offre ici de très belles ballades, dont le Wadi Hudeira pourrait être l’emblème. Parfois improprement appelé Wadi Numeira, il rappelle à certains promeneurs le fameux siq de Petra, mais avec des parois au moins trois fois plus grandes et bien plus de méandres à surprises ! Et l’eau y coule en permanence, avec une très rare végétation subsistant ça et là car la violence des crues y est dévastatrice. C’est une sortie de la demi-journée que l’on retrouve dans la version en 8 jours de notre programme AU ROYAUME HACHEMITE DE JORDANIE. En remontant encore quelques kilomètres vers le Nord, on peut rejoindre l’accès bien moins évident du vrai Wadi Numeira. Un joli trek montagneux et peu fréquenté qui permet un retour vers la côte par le très scabreux Wadi Marsad. A n’entreprendre que par temps relativement frais – doux euphémisme dans des contrées si chaudes… En poussant plus loin, comme pour remonter sur Ghôr Mazra, on croise la plaine alluviale du formidable Wadi Assal, un des grands parmi les grands ! Peu parcouru jusqu’à ces jours à cause d’un équipement fixe des plus vétustes, il profite aujourd’hui d’un lifting efficace qui le place en haut de la liste des canyons longs, pas toujours très fourni en eau. Les locaux ont leurs propres réseaux de sentes sur les flancs du wadi, évitant ainsi le tracas des verrous et autres ressauts où la corde semblerait indispensable. En un mot, et comme le disent les fins connaisseurs du pays, la région de Kerak à Tafileh avec toutes ses entrailles qui dégueulent vers la Mer Morte, permet les plus fabuleux ébats sportifs dans une nature encore… brut de décoffrage ! Tout y est pour en faire le sanctuaire privilégié de l’outdoor sportif du pays. ...En passant cependant sur la catastrophe écologique en marche dans le bassin de la Mer Morte, où l’extraction du potassium et le gâchis en eau entrainent déjà des dommages irréversibles sur les écosystème alentours… Et il y a de l’uranium pas loin… Good luck Dead Sea ! En savoir plus sur les plus beaux canyons et aqua-treks de la région, cliquez ici. Pour connaitre nos programmes au centre de la Jordanie, vers Kerak et la Mer Morte, contactez-nous.                

Laisser un commentaire