Falaise du nordCertes moins exotiques que le sud du pays, les régions montagneuses bordant à l’est la vallée du Jourdain, ou encore le désert du nord-est vers la frontière avec la Syrie, n’en proposent pas moins de sacrées belles randonnées. Pour le trekking, l’escalade, le VTT et éventuellement le cheval, ce seront indéniablement les coins d’Ajloun et de Um Quais qui retiendront notre attention. Ça tombe bien ! C’est aussi là que se trouve plein de sites historiques, dont les plus connus et les mieux conservés sont Jerash, Ajloun, et Umm Qais au-delà d’Irbid, deuxième ville du pays. Bien arborisée et cultivée, cette multitude de hautes collines, verdoyante au printemps, offre un paysage quasi méditerranéen, proche de ceux que l’on trouve en Europe du sud. C’est ce qui explique peut-être le peu d’intérêt des randonneurs étrangers, plus attirés par les déserts et les montagnes du sud, là où l’imaginaire occidentale est à même de puiser son ratio d’exotisme lors d’un voyage de découverte, fatalement trop court. Bien sûr, on visite facilement les sites de Jerash et d’Ajloun au prix d’une journée de route aller-retour depuis Amman ou Madaba. Un peu moins le site d’Um Quais, car vraiment plus loin, et encore moins Um al-Jimal, trop excentré.  

  Pour autant, il est très recommandable de passer au moins deux jours dans la région d’Ajloun, pièce maîtresse de la randonnée à pied dans le nord. Pour faire simple - toutes les croupes, échines et vallées (wadi) dévalant à l’ouest vers le Jourdain ont quelque chose à offrir. Et plus particulièrement sur Ajloun et Rasoun, où de bons réseaux de sentiers ont été remis au gout du jour ; certains pouvant même vous conduire tout en bas vers le site de Pella (Tabaqat Fahil), à moins de cinq km de la rivière Jourdain. Attention longue marche et dénivelée de près de 700 m à descendre… A éviter par grosses chaleurs, bien sûr. L’étroitesse de pas mal de passages dans les bois y empêche généralement la fréquentation en VTT. Pour ce faire, on profitera plutôt des nombreuses routes de campagne, pas toujours très fréquentées, qui permettent de glisser à vive allure vers le ghôr (vallée du Jourdain).

Outre les parcours dans la réserve naturelle d’Ajloun , ou sur les jolis sentes entre le château d’Ajloun et la bourgade de Kufranja, on prêtera une attention toute particulière au district d’Ayoun, où l’implication de la population locale dans l’éco-tourisme est bien concrète. En savoir plus : - avec l’indispensable livre-topo (en anglais) de Tony Howard & Diana Taylor : Walks, Treks, Climbs & Caves in Al Ayoun, Jordan. - sur le Abraham Path Project en Jordanie - Sur la réserve d’Ajloun - Ajloun Forest Reserve - gérée par la RSCN (Royal Society for the Conservation of Nature) Compter 1h pour le trajet routier Amman-Jerash, et près de 2h pour atteindre les premières amorces de randonnées en Ajloun. Les environs d’Umm Quais prodiguent des ballades absolument superbes, face au plateau du Golan et au-dessus de l’enclave que forme les frontières des trois pays – Jordanie, Syrie, Palestine-Israël. A signaler l’importance de cette région en matière d’escalade sportive. Les nombreuses falaises sont de hauteurs modestes – rarement plus de 20 mètres – mais en excellent calcaire, toujours raide à déversant. En savoir plus

Juste face à la Palestine cette région nous rappelle en permanence à l’histoire, et surtout à celle plus récente des réfugiés palestiniens, qui constituent ici une grande partie de la population locale. En quittent Amman on passe d’ailleurs près de l’ancien plus grand camp de réfugiés de Baqa’a, devenu ville à part entière. Pour en savoir plus sur nos programmes dans le nord de la Jordanie, contactez-nous.

Laisser un commentaire